Philippe Ségéral
Viam, souvenir du lac (2006)

 

16,5 x 13,5 cm, mine de plomb.
© Philippe Ségéral

Photo : © Philippe Ségéral

L'œuvre et le territoire

Philippe Ségéral est né à Brive en 1954 ; depuis une vingtaine d’années, il vit et travaille entre la Normandie et Paris.
À partir de 1982, il se consacre exclusivement au dessin, privilégiant la mine de plomb et le fusain, souvent mêlés à l’encre, et utilisant parfois le pastel. Exposé dans de nombreuses galeries, que ce soit en France ou à l’étranger (Luxembourg, États-Unis...), auteur de plusieurs livres d’artistes, Philippe Ségéral ne travaille que très rarement sur le motif et représente essentiellement des « souvenirs » d’éléments ou d’événements naturels tels des éruptions volcaniques ou des feux de forêts, ce qui permet à Frédéric-Charles Baitinger de dire : « Mythologue naturaliste, l’univers qui sous ses doigts se dessine tient à la fois du rêve et de la description minutieuse. Que ce soit le vent, la mer, le ciel, ou bien les arbres des forêts, la précision des sujets n’a d’égal ici que la charge poétique qui les emporte par-delà leur réalité. A l’aide d’une simple mine de plomb, Philippe Ségéral dessine les combats ténus des corps lumineux sortant de l’ombre. »

Philippe Ségéral, dans un court texte qu’il nous a communiqué, évoque son travail et son attachement à la Corrèze : « Dans la Corrèze où je suis né, peu de choses de la modernité se voyaient. Elles n’en étaient que plus notables. L’ironie est qu’elles n’étaient pas du tout modernes, en réalité. C’étaient des ponts de fer, des barrages, ou encore des viaducs en maçonnerie, etc. : des choses de l’âge héroïque — dépassé déjà, de la modernité. Mais, précisément, il y avait entre ces choses à l’air démodé et les paysages immémoriaux où elles surgissaient, à l’écart des lieux habités, un accord profond, une évidence poétique à laquelle on n’échappait pas.

[...]

Les eaux, en Corrèze, dominent tout. Pierre Bergounioux a écrit cela, dans Le Fleuve des âges (Fata Morgana, 2005), que j’ai accompagné de dessins. De Millevaches le château d’eau, du Massif Central proche, ça ruisselle. Ensuite ce sont les barrages, les étangs, les lacs, l’eau immobile qui luit entre les arbres (le lac de Viam, c’était encore pour un livre, avec Richard Millet — L’art du bref, Le Promeneur, 2006 —, celui-là) ; les ponts enfin. Tous ces dessins sont des souvenirs, les eaux anciennes de ma mémoire corrézienne. »

Bonus

Lectures, entretiens...

+ Philippe Ségéral : son rapport au Limousin

Durée : 12 min 09 s | © CRL Limousin

+ Philippe Ségéral : la lumière et le dessin

Durée : 29 min 50 s | © CRL Limousin

+ Philippe Ségéral : son univers, ses sujets, Pierre Bergounioux et Richard Millet

Durée : 14 min 08 s | © CRL Limousin

Localisation

Viam (Corrèze)

Mots clés

Bibliographie

Richard Millet, L’Art du bref, Le Promeneur, 2006.

D'autres œuvres de l'artiste

Partage


Contact

Pour tout renseignement, contactez l'Agence de valorisation économique et culturelle du Limousin.